L'Equipe Créatrice

 

Le Livret de la Comédie Musicale de "L'Enfant Prodigue" est une écriture à trois mains

par Brigitte Artéon, Nathalie et Bigot, Martine Conquéret

et La musique originale est signée d'Etienne Bigot

photo-createur-enfant-prodigue-2.jpeg photo-createur-enfant-prodigue.jpeg

Les arrangements musicaux sont réalisés par Jean-Philippe Harismendy.

 

Brigitte Artéon

img-9868.jpg

Issue d’une famille d’origine bayonnaise, Brigitte a pas mal voyagé dont en Angleterre. Suite à différents problèmes de santé, Brigitte est revenue en France en 1980.

Vendeuse en différents domaines et dans différentes villes avant de revenir définivement à Bayonne.

En 2009, Brigitte est rentrée à l’Atelier Théâtre Notre-Dame.

Par l’Atelier Théâtre de Notre-Dame, Brigitte a retrouvé une certaine confiance en elle et une ouverture vers les autres. Elle a découvert cette possibilité de s’exprimer, de jouer la comédie et de chanter face à un public et de voir qu’elle y prenait du plaisir.

L’année suivante, Martine Conquéret devenue une de ses amies lui a proposé de co-écrire la comédie musicale de l’Enfant Prodigue sentant en elle des prédispositions à l’écriture comme de lui permettre de voir ses capacités d’expression sous cette forme-là.

Pour Brigitte « ce sujet reste très actuel, très social car il peut arriver que certains partent, coupent les ponts avec leur famille, leur histoire. «C’est un peu mon histoire et je reconnais que c’est grâce à ma Foi en Dieu que j’ai renoué avec les miens. »

« Le travail d’équipe m’a toujours intéressé et cela a été ainsi pour moi une source de joie. Ecrire une pièce était une nouveauté, un nouveau moyen d’expression, la révélation de cette capacité à créer sur un sujet qui me tenait surtout à cœur. »

Aujourd’hui passer à la réalisation et à la production de cette comédie musicale, montre bien que nous ne sommes pas seulement dans le domaine du rêve mais aussi dans le domaine de la réalité.

Confions ce projet à Notre-Dame de Bayonne puisque les premières représentations auront lieu à la Cathédrale de Bayonne.

 

Nathalie Bigot et Etienne Bigot

img-9872.jpg img-9869.jpg

Nathalie et Etienne ont fondé une belle famille composée de 7 enfants, deux garçons et 5 filles.

Nathalie : est passionnée par le théâtre mais n’a pas eu l’occasion de l’exercer jusqu’à maintenant.

"A la maison c’est une scène de théâtre assez riche dans ce qui est vécu. Souvent le théâtre c’est le reflet de la vie et aussi pour dédramatiser les choses de la vie.

Par rapport à la Comédie musicale, je trouvais sympa de participer, ce projet me plaisait bien parce que c’était créatif, littéraire. On joue avec les mots dans les chansons.

C’était un challenge d’écrire un scénario qui soit intéressant, vivant.

Sur le sujet de l’Enfant Prodigue, on a tous besoin d’être consolé quelque part, de se faire pardonner, de se retrouver en paix par rapport à un vécu, par rapport à des relations avec nos parents par exemple.

C’était sympa de le faire à trois. Agréable de rencontrer Brigitte, de se connaître plus. Nous ne nous connaissions pas. C’était harmonieux, c’était très souple, on ne s’est pas pris la tête."

Etienne : "J’ai toujours aimé faire çà : créer c’est la chose la plus fantastique. Je suis fourmi d’idées mais ce qui me manque c’est le temps. Des musiques j’en ai plein la tête mais après je ne prends pas le temps de l’écrire sur la partition.

Là c’était concret il y avait un but de participer à une œuvre commune que de faire de la musique et de chanter dans sa salle de bain. C’est toujours très enrichissant de travailler ensemble, de l’offrir à un public. Nous nous sommes mouillés.

L’inspiration tu sais pas d’où elle vient, ce n’est pas quelque chose que je peux expliquer. Pour moi elle est divine je suis dépassé par la musique. Le dessin c’est fort parce que j’ai fait des études, la musique elle, elle vient du cœur.

Bien sûr j’écoute beaucoup de musiques, il y a donc des inspirations. Oui cela vient de l’ordre du Divin. Je ne sais pas l’expliquer, il y a un grand mystère, donc il y a Dieu pour moi, parce que je crois.

L’Enfant Prodigue le plus important la grande miséricorde de Dieu. Il y a déjà une histoire avant d’écrire ces musiques venant de l’héritage reçu de ses parents. Cà nous fait comprendre ce que Dieu vit : Il attend son Fils, il attend que l’humanité vienne à lui. Il nous laisse cette liberté, cet héritage de la Bible, la manière de vivre. Le Fils prodigue nous fait comprendre ce que nous vivons nous-mêmes et ce que Dieu vit lui-même.

Dieu attend tous les jours que nous revenions. Dieu est patient que nous revenions à des choses qui sont bonnes pour nous."

 

Martine Conquéret

img-5325.jpg

D'origine bordelaise, Martine Conquéret a baigné dans l'ambiance du Grand-Théâtre de Bordeaux où est née sa vocation d'artiste.

Passionnée d'opéra et de musique classique, elle acquiert sa formation de base en vivant au sein du monde lyrique et en côtoyant les artistes dans les coulisses, au secrétariat de la direction, en étant hôtesse d'accueil lors du Mai musical de Bordeaux ou en participant en tant que figurante dans certains opéras.

En 1981, elle contribuera à la rédaction d'un journal "Objectif Théâtre" destiné aux spectateurs et en 1988, Monsieur Gérard Boireau, Directeur du Grand-Théâtre lui donne l'opportunité de réaliser un mémoire sur "les différents modes de gestion des théâtres lyriques en France" (en s'appuyant sur les théâtres de Bordeaux, le Capitole de Toulouse, l'opéra de Toulon, Opéra du Rhin et l'Opéra de Lyon).

En 1989,
Martine aura la chance de réaliser un stage de Marketing de trois mois à l'Opéra de Nantes, stage rémunéré par le Ministère de la Culture et de la Communication.


De son adolescence à ce jour, Martine suit des cours de théâtre et de chant.

En 1986, elle découvre la chanson française et interprète avec grand plaisir des textes d’auteurs.

Durant neuf ans, de 1994 à 2003, avec les Ateliers Chansons de Biarritz Pierre Abebery, Martine perfectionne sa connaissance et son émotion vocales, et chantera un répertoire de chansons créées pour elle par Pierre Abeberry, France Bagardie, Monique Bruno, Maurice Doumenjou, Nicolas Vielle et interprète aussi ses propres textes.

De 2001 à 2003, avec l’Ecole du Spectacle de Talence, elle perfectionne la qualité technique de sa voix et acquiert une aisance scénique avec  les techniques de la comédie musicale, grâce à Véronique et Philippe Fargues avec qui elle a pris aussi des cours de Chants.

En 2002, commence une série de récitals et en août 2006 enregistre un disque sous l’intitulé « Eclectique »

Après 2 spectacles en décembre 2006 et février 2007, suite à des problèmes de santé, Martine a du mettre en parenthèses ses récitals.

Sa santé améliorée, Martine se tourne à nouveau vers l'écriture de nouvelles chansons.


2007 : changement de cap ! Une nouvelle voie s'offre à elle : Donner des cours de théatre à Arcangues. Et ce dans un cadre particulier - Le presbytère d'Arcangues – c’est L'occasion pour Martine de réunir ses convictions religieuses et l'artistique, désir profondément ancré depuis de longues années.


Ainsi, grace à l'Abbé François de Mesmay à Arcangues puis à Bayonne, Martine transmet son savoir et son expérience acquis depuis son enfance à des personnes de tout âge et quelques soient ses convictions religieuses personnelles.


Grâce à cet atelier, après avoir écrit des chansons, Martine continue dans l’écriture de scènes de théâtre qui ont pu êtres jouées depuis dans différents spectacles de l’Atelier Théâtre de Notre-Dame.

Pour connaître l’historique de l’Atelier Théâtre, ici.

Grâce à l'Abbé Lionel Landart, vicaire général du Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron et recteur de la Cathédrale de Bayonne, une nouvelle opportunité s'ouvre à elle avec ce projet magnifique de l'Enfant Prodigue : celui d'une écriture à trois : une incroyable et très belle expérience de travail à plusieurs. La réalisation d'un sujet qui lui tient à coeur depuis plusieurs années.

Avec le temps et le discernement, Martine a vraiment pris conscience  - et non sans de nombreuses remises en causes et certaines crises – qu’elle répond à une véritable Vocation d’artiste chrétienne au service de Dieu.

Son désir le plus cher d'être enfin reconnue comme artiste au service de Dieu, à la fois par sa famille de sang et sa famille l'Eglise Catholique. Etre tout simplement au service de l'Evangélisation.